L’optimisation pour les moteurs de recherche (référencement naturel ou encore SEO)

Il y a beaucoup de informations publiées sur le référencement naturel mais la plupart des gens ont une vision pas très nette de ce domaine. Et voilà donc une brève explication sur le référencement naturel appelé aussi SEO

Ce qu’on entend par SEO

Le SEO, pour Search Engine Optimization (l’optimisation pour les moteurs de recherche), consiste à réaliser des actions pour améliorer le classement de sites web dans les résultats des moteurs de recherche (Google, Bing, Qwant, …).  L’objectif visé est de réunir les conditions favorables pour que les moteurs positionnent les pages du site en haut des résultats de la première page. L’important est évidemment de cibler des mots-clés intéressants et adaptés à l’activité du site, que les internautes cherchent régulièrement dans les moteurs.

Tout le monde ne peut pas avoir la première place

Certains évoquent le pouvoir magique de logiciels spécialisés capables de créer des liens par millions en coup de cuillère à pot. D’autres encore estiment qu’étant donné le caractère « naturel » de ce référencement, il n’y a rien à faire, tout ira bien ou mal. Seuls le destin ou le manque de goût de Google peuvent donc être blâmés.

Les mots-clés ou les liens sont essentiels pour le SEO, tout comme certains aspects techniques du web. Mais c’est parce que ces mots et liens ont une signification qu’ils permettent à un site d’être visible dans les résultats des moteurs. En effet, vous serez sûrement d’accord, les moteurs sont super efficaces, ils comprennent beaucoup ce que vous leur demandez.

La loupe, symbole de recherche en référencement naturel
La loupe, symbole de recherche, est de moins en moins représentative pour Google au moins, qui est de plus en plus un moteur de réponses et voudrait devenir L’Assistant universel… mais cela reste représentatif de l’état d’esprit des pros du référencement naturel : chercher des indices et regarder les détails

Le succès en première page de Google

Aujourd’hui, les résultats proposés par les moteurs répondent plutôt bien aux recherches tapées. Bien entendu, on peut être d’accord ou pas avec la sélection proposée. Il s’agit pourtant de résultats qui plaisent à la majorité des utilisateurs.

Pour être présent dans les premiers résultats d’une recherche significative, il faut donc proposer une page qui puisse satisfaire la plupart des visiteurs. Peu de place pour des tactiques visant à « simplement » ajouter des mots-clés de façon obsédée,  produire des liens par millions ou ne rien faire.

Quelques éléments de compréhension

  • Google indique qu’un nombre impressionnant de recherches sont inédites : 15% des recherches n’ont jamais été tapées par un internaute auparavant, ce qui représente un volume quotidien énorme.
  • Le moteur fournit des résultats en fonction des mots tapés, mais ces mots sont interprétés depuis longtemps. Il ne cherche pas forcément à fournir des résultats qui correspondent aux mots recherchés. Il cherche à fournir des résultats qui correspondent à votre demande et à l’intention qu’elle exprime.
  • Le classement dans les pages de résultats fait l’objet de nombres variations : les pages web sont ré-explorées très fréquemment, les positions bougent en fonction des évolutions des sites, de tests de Google, mais aussi de la personnalisation :
  • Dans Google, les pages de résultats sont de plus en plus personnalisées. Les résultats varient en fonction de
    • la localisation (adresse IP),
    • les recherches précédemment effectuées,
    • les profilages publicitaires établis à partir de nos navigations,
    • etc.

L’exploration des robots

Pour proposer des résultats, les moteurs ont besoin de connaitre ce qui est publié sur le web. Le volume de pages publiées ou modifiées chaque jour est giga-colossal (et je pèse mes mots). La tâche est donc méga-herculéenne. A l’aide de robots (logiciels), les moteurs explorent le web inlassablement, de page en page, de lien en lien.

Le classement des pages dans l’Index

Ces explorations sont archivées, puis classées et évaluées de plus en plus finement. L’intelligence artificielle est pleinement intégrée dans les processus de Google. Le moteur appréhende de mieux en mieux les concepts sémantiques, leurs relations et la pertinence d’une page par rapport à un sujet, ses qualités comparées à une autre page. A chaque recherche, le moteur pioche dans cette base de pages indexées et en sort les résultats qui lui semble les plus adaptés à la fois pour les mots recherchés et pour l’utilisateur (âge, sexe, centres d’intérêt, historique de navigation, etc.).

La fabrication des résultats

Les résultats peuvent avoir des spécificités, notamment chez Google.

En pratique, par où commence-t-on pour optimiser le référencement naturel d’un site ?

Les moteurs cherchent donc avant tout à satisfaire leurs utilisateurs. Ils détectent de mieux en mieux les tentatives de manipulation (ajout de mots-clés au kilomètre ou liens de mauvaise qualité). On peut donc partir du principe qu’il faut proposer sur le site tout ce qui peut plaire aux visiteurs que vous voudriez avoir. En estimant qu’il est téméraire de s’estimer plus malin que les moteurs et leurs équipes.

Les contenus utiles pour le référencement naturel

Les contenus sont considérés comme une matière fondamentale du référencement naturel. C’est ce qui alimente les moteurs de recherche, et c’est avec eux qu’un site sera visible. Vérifier que les contenus proposent  des réponses adaptées aux recherches sur lesquelles le site essaye d’apparaitre est primordial. Il y a souvent un écart non négligeable entre ce que propose un site et ce que cherchent les internautes. Employer un mot plutôt qu’un autre, ou ajouter des contenus manquants peuvent changer la visibilité d’un site dans les résultats des moteurs de recherche du tout au tout. Les contenus bruts peuvent (et doivent) être optimisés pour faciliter leur compréhension par les robots des moteurs. Il s’agit à la fois de fournir un titre et une description, mais aussi d’adapter les pages pour que les robots interprètent le texte du mieux possible.

Côté code et serveur

L’optimisation technique est incontournable, pour deux raisons assez évidentes :

  • Les erreurs ou problèmes techniques ne plaisent pas aux visiteurs. Les moteurs évitent donc de proposer des résultats à problèmes techniques. Ils évitent aussi de proposer des pages qui se chargent trop lentement.
  • La tâche colossale d’exploration et d’archivage est réalisée mécaniquement par des robots. Ils explorent autant les erreurs techniques que les contenus des pages web. Mais les erreurs n’aident pas les moteurs à proposer des réponses intéressantes aux utilisateurs. Réduire les problèmes favorise donc le parcours des robots et donc le référencement d’un site.

La correction des erreurs, l’amélioration de la vitesse d’affichage des pages ou encore la suppression de pages inutiles constituent quelques-uns des aspects fondamentaux des optimisations pour les moteurs de recherche.

Les liens internes d’un site (de ses pages vers ses autres pages) ont aussi une grande importance. Les liens, internes ou externes, sont utilisés pour déterminer l’importance d’une page par rapport à toutes les pages publiées sur le web (version très caricaturale du fameux PageRank fondateur de Google). Mais les liens internes sont aussi le principal moyen dont les moteurs disposent pour découvrir et explorer les contenus. Les robots voient-ils toutes les pages utiles ? Passent-ils beaucoup de temps sur des pages inutiles ? Tournent-ils en rond à cause d’un code défaillant ? …

Côté liens affluents

Les liens sont uns des clés du succès de Google dès ses premiers jours, ce qui lui a permis de devenir le leader qu’on connait aujourd’hui. Schématiquement, il fondait son classement sur deux principaux éléments :

  1. la popularité d’une page (c’est à dire le nombre de liens fait vers elle)
  2. le contenu de la page (peut-il correspondre à la réponse attendue ?)

Les moteurs veillent là aussi au grain. Ils font tout pour éviter que des liens artificiels manipulent les résultats proposés. Il semble donc logique de promouvoir le site quand (et là où) c’est légitime. Mais gare aux conséquences pour les sites qui parlent de financement bancaire et qui obtiennent des liens de site qui parlent de casino, de poker, de produits bio ou de littérature indienne.

Pour finir

Le référencement naturel côtoie depuis plusieurs années d’autres référencements et d’autres façons d’être visible. Les vidéos, les images, les lieux (via Google Maps), les réseaux sociaux ou les applications mobiles et les assistants et enceintes intelligentes sont autant d’alternatives aux pages web. Pour autant, les librairies et des bibliothèques n’ont pas disparu.

Pour participer de chez vous

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.