Catégories
Web

Petit raccourci dans l’histoire des liens hypertextes (et même des backlinks)

Il y a une forte probabilité que vous soyez arrivés sur cette page grâce à un lien. Parce que je suis joueur, je dirais même une très forte probabilité qui confine à la certitude. On peut décrire de façon simple le web comme des pages auxquelles on accède par des liens, les hyperliens ou liens hypertextes.

L’HyperText Markup Language, généralement abrégé HTML, est le langage de balisage conçu pour représenter les pages web. C’est un langage permettant d’écrire de l’hypertexte, d’où son nom.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hypertext_Markup_Language

Parce que l’automne 2019 est la saison du lien, j’en profite pour aborder un peu, à ma façon et sans doute avec des biais, une petite histoire sur les liens hypertexte appelés volontiers backlinks dans le monde du SEO, c’est-à-dire les liens entre deux sites distincts.

Au départ était les liens 

Micro Hebdo n°1 - Quelques trucs pour naviguer facilement
« Pour se connecter à un site, vous n’avez qu’à cliquer sur l’icône du navigateur placée sur le bureau de Windows 95. » …

Les liens entre les sites étaient moins nombreux : forcément il y avait moins de pages web. Ils étaient plus recherchés : c’était au début de l’internet grand public une des seules possibilités pour explorer le web. Et ces liens étaient en quelque sorte plus importants qu’aujourd’hui.

Websites est égal ici à noms de domaine, et plus ou moins 3/4 de ces noms de domaine seraient inactifs…
Source : internet live stats

Il y avait les adresses internet mises en avant dans la presse spécialisée, sur papier, qu’on recopiait attentivement : pas le droit à l’erreur, la vitesse de connexion enseignait la rigueur et la sobriété. Les moteurs de recherche, quand ils apparurent, n’étaient pas comparables à ceux d’aujourd’hui, on avait généralement plus de chances en explorant un annuaire de liens. 

DMOZ, référence des annuaire de sites web RIP 1998 – 2017

Si on avait trouvé un site intéressant, les liens qu’il proposait étaient alors une mine d’exploration, vers d’autres sites peut-être tout aussi ou plus intéressants.

Quand les liens perdent leur sens

Les liens étaient importants. Toutes les réponses ne se situaient pas au même endroit : ni Google, ni Wikipedia, ni recommandations sur les réseaux sociaux. Chaque lien pouvait être frustrant ou au contraire captivant, l’attente était longue mais toujours pleine d’espoir. Drôle de décalage avec les usages d’aujourd’hui, où les affichages sont presque immédiats et les surprises plus rares.

Faire un lien a donc une portée différente aujourd’hui – depuis déjà de nombreuses années. Les pages sont moins rares, beaucoup sont inintéressantes. Le lien est moins précieux parce qu’il est plus facile, moins marquant.

On remarque d’ailleurs, sur certaines pages, que là où le simple bon sens indiquerait d’ajouter un lien, on ne le trouve plus. On trouve alors parfois une mention voire l’adresse non cliquable d’un site, mais pas de lien. Comme si savoir qu’il y a une information pertinente ailleurs sur le web est suffisant, comme si la curiosité n’est plus de mise.

Croissance et déchéance des liens

La curiosité a heureusement encore toute sa place sur le web. En réalité, le déclin des liens est en bonne partie un effet indirect du succès des moteurs de recherche. Étonnant alors qu’ils sont, avant tout, faits de liens.

Caricaturalement pour les moteurs, le lien signifie qu’une page a un intérêt. Les moteurs explorent et réexplorent sans cesse les pages web. Les liens deviennent donc un indice pertinent pour évaluer la popularité d’une page : une page qui reçoit plus de liens devrait plaire à plus de monde.

Faire un lien dans WordPress : Ctrl+K

Les liens, dans leur ensemble, ont donc permis de fournir des résultats de recherche plus satisfaisants. C’est en partie ce qui a fait le succès de Google. Dès lors, les conséquences étaient inévitables : créons des liens artificiels pour être n°1 dans les résultats des moteurs de recherche… Les annuaires en tout genre sont apparus, les blogrolls ont fleuri, tout ça assimilé aux ouvertures de pop-ups et aux piratages en tout genre.

Les moteurs de recherche ont travaillé dur pour identifier les abus et punir les “fraudeurs”, ceux qui bernaient les algorithmes avec des liens artificiels : il fallait conserver la qualité des résultats, sécuriser le parcours des utilisateurs. Petit à petit, la peur, l’incertitude et le doute instillés par Google se sont installés : le lien est devenu un peu risqué, pas très souhaitable. Une hérésie alors qu’on parle de web, de documents reliés par des liens !

Et quand on écrit tout ça

Aujourd’hui, le web parait plus lisse et sécurisé, sans doute moins chaleureux et inattendu qu’avant. Le temps d’utilisation des applications est élevé. Il est toutefois plus facile que jamais de partager des liens sur les réseaux sociaux, de créer un site ou un blog. Si les pages inintéressantes semblent si fréquentes, le nombre de pages captivantes n’a jamais été aussi grand. Alors bien entendu, les liens ont encore toute leur importance, pour permettre aux pages d’être trouvées et aux visiteurs de les découvrir. N’hésitez plus, faites des liens !

Par J-Michotey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.