A défaut de comprendre le référencement, comprenez les référenceurs !

A première vue, dans le milieu du web et sur les bords aussi, le référenceur est un être qui a des difficultés à se faire comprendre. Est-ce une raison suffisante pour cataloguer le référencement naturel comme billevesées inintelligibles ?

Est-ce que le référencement est si compliqué ?

Oui et non. Là, je jette un pavé dans la mare : les grandes lignes du référencement naturel ne sont pas forcément très compliquées à suivre. Bien entendu, dans la pratique, c’est plus complexe.

En résumé, il faut faire en sorte d’avoir un site

  • proposant des contenus de qualité (qui donnent envie d’être parcourus),
  • fonctionnant bien au niveau technique,
  • qui soit connu là où il le mérite.

Vous me direz que c’est du bon sens, que c’est la base de la base…

A quoi sert un référenceur, alors ?

S’accapare-t-il le travail du rédacteur, du développeur et du marketeur ?
Le référenceur n’est pas forcément un expert en écriture, en programmation ou en promotion (il peut l’être). Il doit pourtant connaitre ces sujets, et il les traite surtout avec un point de vue que les autres n’ont pas : celui des moteurs de recherche et de leurs robots. Une des difficultés quotidiennes du référenceur est de faire comprendre qu’il ne cherche pas à donner des leçons à ceux dont c’est le métier (qu’ils soient développeurs, designers, ou toute autre fonction). Il cherche à faire comprendre aux robots des moteurs de recherche l’intérêt d’un site.

Quand le référenceur envoie des demandes qui paraissent incongrues, infondées, inutiles, dites vous bien qu’il ne cherche pas à prendre votre place : ses demandes « bizarres » sont sûrement tout à fait légitimes aux yeux des robots. Mais n’allez pas traiter les référenceurs de robots ! Sur ce, bonsoir

Pour participer de chez vous

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.